<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> Ozias Leduc, Un pur enchantement! - Exposition permanente
Le Semeur, Le Bucheron et Le Fondeur; Succession Ozias Leduc / Sodrac (Montréal) 2002
Horaire et Tarifs Accès Routier Plan du site Nous joindre Crédits    
Expositions
Planifier
Comité de protection
Activités
Section Jeunesse

 

 

   
 
L’église Notre-Dame-de-la-Présentation Cliquez pour agrandir


Située à mi-chemin entre Québec et Montréal, au cœur de la Mauricie, l’église surplombe la rivière Saint-Maurice à Shawinigan. Veillant humblement sur la première paroisse fondée à Shawinigan-Sud en 1910, ce sanctuaire, érigé en 1924, conserve en ses murs ce qui pourrait être le plus bel ensemble de tableaux religieux au Canada.

 

La décoration de l’église : l’ultime consécration d’Ozias Leduc Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir


C’est en 1941 qu’Arthur Jacob, curé de l’époque, entreprit des démarches afin de trouver l’artiste qui serait à même de réaliser son rêve : la décoration de son église, alors quasi dépouillée de tout ornement. Ses recherches le conduiront vers le peintre Ozias Leduc, figure dominante de la peinture sacrée au Canada.

Bien que Leduc ait décoré plus d’une trentaine d’églises au Québec, dans les Maritimes et en Nouvelle-Angleterre, Notre-Dame-de-la-Présentation demeure un phénomène particulier dans la mesure où l’artiste lui consacre les dernières années de sa vie. Soulignons aussi qu’il entreprend ce contrat en 1942 à l’âge respectable de 77 ans. Sa mort survient en 1955, plus d’un an avant la fin des travaux projetés.

Entièrement réalisée de 1942 à 1955 par Leduc et son assistante Gabrielle Messier, la décoration est composée de 15 immenses tableaux marouflés et d’un ensemble de motifs décoratifs peint directement sur les murs. Inspiré par la valeur spirituelle du travail de l’homme en Mauricie, Leduc créa six tableaux à thèmes historiques, une initiative peu commune dans le monde de la peinture sacrée. En utilisant une palette de couleurs sobres et douces, Leduc créa une ambiance propice au recueillement tel que souhaité par le chanoine Jacob. C’est également dans ce temple que se retrouve sa plus vaste composition jamais créée : La Gloire Divine. Celle-ci se déploit avec audace sur une surface de 32 pieds par 42 pieds, imprégnant ainsi les visiteurs d’une émotion mémorable.

 

Qui est Ozias Leduc ?

Cliquez pour agrandir


Ozias Leduc est né le 8 octobre 1864 à Saint-Hilaire et y est décédé le 16 juin 1955. Autodidacte raffiné, il voyage uniquement pour son art. Dans ses tableaux, la beauté des lignes s'allie à la poésie du paysage et de la lumière où les éléments antiques et modernes s’harmonisent délicatement.

Parmi ses plus grandes réussites, on compte l’église de Saint-Hilaire, la chapelle de l’évêché de Sherbrooke, le baptistère de Notre-Dame à Montréal et bien sûr, l’église Notre-Dame-de-la-Présentation.

Leduc n’est pas qu’un peintre religieux. En effet, il a peint des paysages, des portraits et des natures mortes. Il a illustré plusieurs œuvres littéraires et écrit de la poésie. En 1938, il reçut un doctorat honoris causa de l’Université de Montréal. Paul-Émile Borduas fut son élève. Il a côtoyé Jean-Paul Riopelle et Rodolphe Duguay. En 1988, son tableau, "Le petit liseur" fut choisi par la Société canadienne des postes afin de constituer une série de timbres consacrée au chefs-d’œuvre de l’art canadien. En 1996, le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée du Québec ont organisé une grande rétrospective de son œuvre.

 

Gabrielle Messier Cliquez pour agrandir


Gabrielle Messier est née à Mont-Saint-Hilaire (village natal d’Ozias Leduc), le 4 décembre 1904. Très tôt, elle s’intéressa à la peinture. Elle fut l’élève de Louis-Philippe Martin et de Pierre Chivé. Toutefois, c’est en 1940 qu’elle devint l’élève d’Ozias Leduc. En 1942, celui-ci lui demanda d’être sa collaboratrice pour le projet de décoration de l’église Notre-Dame-de-la-Présentation. C’est d’ailleurs elle qui réalisa le dernier tableau ("L’assomption et le couronnement de la Vierge") d’après les esquisses de M. Leduc, qui décéda avant d’avoir complété son projet.

Elle se rendit ensuite étudier à Paris pour revenir dans son village natal et y fonder une école de peinture où elle enseigna aux enfants.

Mme Messier jouera un grand rôle dans la mise en valeur de l’œuvre d’Ozias Leduc. Elle offrira sa collaboration à la compilation des archives du peintre permettant ainsi à la population de mieux comprendre l’apport important de cet artiste dans l’histoire de l’art québécois.

Sa carrière qui s’est échelonnée sur près de 80 ans, l’aura amenée à réaliser des paysages, des natures mortes et des portraits, en plus de toucher à l’art religieux, rassemblant plus de 675 œuvres. À partir de 1988, installée à Port-Daniel en Gaspésie, elle peindra jusqu’à son décès, à l’âge de 98 ans.

Elle nous fera l’immense honneur de célébrer ses funérailles et d’être inhumée, ici, à l’église Notre-Dame-de-la-Présentation, là où elle a sans aucun doute réalisée un des projets les plus importants de sa carrière.